Au secours ! mon enfant est agressif

Un enfant ne naît pas "agressif".

Jusqu'à 3/4 mois : les pleurs servent à exister. Ils sont le signal d'un inconfort (faim, soif, froid, mal au ventre...) et appellent une réaction du parent pour satisfaire les besoins de l'enfant.

A partir de 4 mois : la protestation devient "intentionnelle" : l'enfant réagit à une situation d'empêchement moteur (il s'énerve car n'arrive pas à ...) Il réagit par les pleurs... car il ne peut transformer en langage, ce qu'il éprouve.

Vers 18 mois /2 ans : l'enfant a besoin de découvrir le monde par lui-même. Il réagit quand on l'empêche de faire tout seul. Il est court circuité par les pensées de ses parents qui bloquent sa spontanéité. Et, "faire à la place de l'enfant", bloque sa possibilité de penser.


La pensée de l'enfant se développe quand il agit seul.

Evidemment, les parents restent des éducateurs. Ils doivent le protéger des dangers mais sans lui interdire toute autonomie.


Ayez à l'esprit 3 choses :

1) votre enfant n'a pas le même rapport au temps que vous .

Respectez son rythme. Le matin s'habiller peut prendre du temps quand cela est présenté comme une obligation. L'enfant risque de rentrer dans l'opposition systématique si on lui dit de faire ceci ou cela à l'instantT.

De même, empêcher l'enfant "de", le frustre et le rend agressif car à cet âge là il ne gère pas ses émotions .

2) Votre enfant aime faire tout seul.

C'est en expérimentant, en essayant par lui-même, que l'enfant se développe.

Faîtes le collaborer, laissez-le expérimenter tant qu'il n'y a pas de danger.


Il convient de trouver des stratégies qui lui permette de penser qu'il choisit lui-même. Et le parent a un rôle de soutien important : il encourage l'enfant à réussir par lui-même.

A partir de 2 ans : l'enfant s'entraine à se séparer . Il imite les gestes et déplacements de son entourage.

A 3 ans, il commence à réguler ses pulsions. Mais il ne sait pas encore s'imposer des interdits.

C'est vers 7 ans, l'âge de raison , qu'il a compris la Loi des parents et renonce à sa toute puissance pour s'intéresser à d'autres choses ; comment fonctionne le monde, pourquoi ...?


3) Votre enfant qui crie : non ! ne dit pas qu'il refuse d'obéir : Il est frustré de devoir renoncer. Et c'est normal puisqu'il découvre le monde et ne connaît pas encore les limites.


Conclusion :

Beaucoup de conduites éducatives reposent sur l'idée qu'il faut que l'enfant obéisse, se soumette ( car, qu'est-ce-que ça va être après, einh ? ). Or, cela donne à l'enfant envie de résister ou de fuir. Mais cela n'aide pas à se construire, se découvrir.

Un enfant peut entendre des règles mais l'adulte doit être cohérent dans les limites posées :

elles doivent exister, ne pas varier, ne pas empêcher toute action de l'enfant et être enveloppées d'une forme de bienveillance.


Pour finir, petit rappel :

Les limites de base sont :

- ne pas se mettre en danger.

- Le respect du corps de l'autre (ne pas faire mal).

- Dormir la nuit car c'est la nuit que le corps grandit.

- Ne pas dormir dans le lit des parents la nuit et inversement (chacun de nous avons les ressources pour nous endormir. S'abandonner à la nuit, ne signifie pas : "être abandonné".

- Se laver pour être propre.

- Aller à l'école pour apprendre et apprendre à vivre ensemble.


Dans tous les cas, l'enfant doit se sentir aimé inconditionnellement ( c'est à dire quoi qu'il fasse) et accompagné, par le regard confiant de ses parents, pour trouver son propre chemin.






06.31.99.54.84

49, Boulevard Berthelot
Montpellier, 34000
France

©2020 by PSYCHOTHERAPIE INTERPERSONNELLE. Proudly created with Wix.com