La peur d'affronter la vie : une régression ?


Au creux de l'hiver, l'immobilité est parfois tentante. Votre lit comme refuge, un café ou un thé pour se réchauffer, la tablette comme amie et les volets baissés pour ne pas laisser entrer trop de lumière. Les bruits du dehors vous semblent insupportables. Vous avez peur de VIVRE. Eviter tout, pour ne pas avoir mal, ne pas souffrir de déception, de trahison...

Le repli est un mode de défense quand vous vous sentez vulnérable, pas à la hauteur.

Il y a de la tristesse en vous, des pensées envahissantes, de la colère envers ceux qui ne vous aident pas...

Ne laissez pas s'installer cet immobilisme trop longtemps car il ne fait que renforcer votre mal être, votre sensation d'être incapable, inutile, transparent aux yeux des autres.

La vie est un mouvement.

Imaginez que vous avancez à vélo. Lorsque vous arrêtez de pédaler, le vélo se déséquilibre et ne peut plus poursuivre sa trajectoire.

Si vous êtes en train de me lire, c'est bien le signe que vous cherchez des réponses, que vous n'avez pas renoncé. L'élan de vie est plus fort que la dépression qui vous cloue au lit.


Parlez-en en psychothérapie pour retrouver votre chemin.

Le thérapeute est là pour vous accompagner avec bienveillance et vous aider à (re)trouver l'équilibre, ouvrir de nouvelles portes et refermer les blessures du passé en laissant à nouveau l'énergie créative circuler en vous.